#Retour d’actualité : Présidentielle

Nous voici avec un nouveau président élu pour cinq ans. Je ne donnerais pas mon avis politique qui ne regarde que moi. Par contre je trouvais très intéressant en attendant la nomination de notre nouveau ministre de l’environnement d’analyser le programme écologique de notre nouveau président. Si pour l’instant nous ne pouvons pas juger de ce qu’il fera vraiment ou non, il est important de connaître ses objectifs. Le candidat d’En marche et nouveau président ce dit pour la transition écologique mais laquelle et vers quoi ? C’est ce que nous allons essayer de voir. Si vous souhaitez lire en détail ce qu’il présente c’est par ici. Si vous voulez lire entre les lignes et comprendre ce que cela implique, lisez l’article.

Il faut déjà savoir que le programme de Monsieur Macron ne détail pas le budget accorder à l’écologie. son programme n’est constitué que de quelques objectifs qui ne sont pas nouveau et dans la continuité très modérée du précédent quinquennat.

L’énergie renouvelable et les voitures

Le président se dit contre le gaz de schistes pour autant il n’annulera pas les autorisations d’explorations délivrées notamment en Guyane mais n’en cédera pas d’autres non plus. Il voudrait aussi sortir la France de l’utilisation des énergies fossiles, en fermant par exemple, toutes les usines à charbon encore en activités. Si le devenir des gens qui vivent de cela pose question et malgré que l’objectif soit beau, il est en parallèle favorable au CETA. Sauf que cela est très contradictoire. Je n’ai pas publié d’article sur le CETA car je veux garder une orientation écologique et environnemental pour ce blog et ne pas dérivé vers de la politique de l’environnement (même si de temps en temps j’en parle car c’est important). Le CETA en permettant d’augmenter les échanges internationaux ne va pas diminuer leur production de gaz à effet de serres (évaluer à pas moins de 15% sur la totalité de la production mondiale) mais elle permettra aussi le développement d’investissement européen dans des marché énergétique douteux au Canada comme celui de l’uranium ou encore celui du sable bitumeux. Cela pose donc question de sa réelle volonté de s’investir dans cette transition vers les énergies vertes.

Le nucléaire le bébé dont personne ne veut et les énergies renouvelable

Le nucléaire occupe 10 petites lignes sur son site internet. Si la question à toujours été sensible et le débat très partager au sein même des familles politiques, Mr Macron qui est un défenseur du nucléaire et l’a prouvé en déclarant que le nucléaire « a un avenir en France, continuera à être là et sera une source d’énergie importante », avance vouloir revenir à une production nucléaire de notre énergie pour seulement 50% au lieu de 75% actuellement. Il garde finalement la ligne de conduite du précédent gouvernement et confirme la fermeture de la centrale de Fessenheim. Par contre, pour les énergies renouvelables, les objectifs sont revus à la baisse car, s’il est avancé la volonté d’augmenter de moitié la capacité éolienne et photovoltaïque, l’objectif est moindre que celui de l’actuelle programmation pluriannuelle, qui vise à tripler ou quadrupler le potentiel de ces filières en 2023.

Notre santé et les pesticides, ou magouille et compagnie

Quand on sais qui sont les financeurs de la campagne de notre nouveau président, il est difficile d’accorder une quelconque confiance aux objectifs présentés ensuite. Pourtant ils ont le mérite d’être tout de même fixer nous allons donc les présenter. Le monsieur a déjà comprit qu’il y avait de nombreux conflit d’intérêt entre pharmaceutique, agriculture et industrie chimique (je vous passe le fait que Monsanto a été racheté par Bayer car cela glace le sang). Il prétend vouloir donc dés le début séparé conseil aux agriculteurs et vente de pesticides, le pourra t’il c’est une autre question. Mais ce n’est pas son seul objectif même si les autres sont moins ambitieux. Il veut interdire tout perturbateur endocrinien qui aurait une alternative moins toxique (déjà cela ne veut pas dire naturelle mais en plus je vois déjà les industriels prétendre qu’il n’y a pas d’alternative). Alors qu’il a une ligne conductrice très néolibérale, il veut avoir une démarche interventionniste auprès de l’UE contre les pesticides ou encore oublier les experts à être clair sur leurs revenus.

Le milieu pharmaceutique, agricole et chimique est très particulier. Ils sont tous plus ou moins lié et certains utilisent des moyens de pressions malheureusement efficace et dissuasif. L’Europe occupe une place particulière dans ce panier de crabe où les intérêts financiers passent souvent avant le reste. J’attend donc beaucoup de lui sur cette question et je suis curieuse de voir comment il démêlera tout cela avec son gouvernement.

Qui vivra verra la conclusion

Le programme n’a rien de novateur ou de très ambitieux. Si les thèmes aborder sont primordiaux il en oubli beaucoup d’autres et ne précise pas grand chose sur l’aspect financier de tout cela. Il faut maintenant attendre de voir qui sera nommé au ministère et quel moyen seront donné à la nouvelle Agence française de la biodiversité. Je reste septique et prudente au vue des contradictions entre sa ligne politique néolibérale et certains de ces objectifs notamment énergétiques.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s