Les particules fines, pollution et vignettes

Avec cette article j’ouvre une nouvelle rubrique : le retour d’actualité. Pour voir tous les articles d’une même rubrique, il vous suffit de suivre les étiquettes et de choisir le nom de votre rubrique. Aujourd’hui j’avais envie de parler avec vous de la pollution aux particules fines et de la vignette parisienne, lyonnaise et grenobloise. On en entend beaucoup parler dans les médias mais quel est la part de faux et de vrai ? Quel est la véritable efficacité de ces mesures ? Regardons ça ensemble.

Qu’est ce que les particules fines ?

Les particules fines sont un mélanges de matières organiques et minérales composées de sulfates, des nitrates, de l’ammonium, du chlorure de sodium, du carbone, des matières minérales et d’eau. Elles sont classées en fonction de leur diamètre : PM10 (diamètre compris entre 2,5 et 10 μm) et PM2,5 (particules d’un diamètre inférieur à 2,5 μm). Ce qui fait leur dangerosité est justement cette toute petite taille leur permettant lors de l’inhalation de pénétrer dans nos voies respiratoires jusqu’au niveau alvéolaire. Je pense que nous nous sommes tous émerveillé au moins un fois sur ces ciels rouge orangés, observés surtout en hiver. C’est en fait la présence d’un fort taux de particules fines dans l’air, lors du couché de soleil elle diffractent la lumière et donne ces couleurs.

Les particules fines sont naturellement présentent dans l’air suite à l’activité volcanique et à l’érosion des sols. Ces productions sont pour autant minimes et la plus grosse part des particules fines observées lors de nos pics de pollutions sont dues aux industries, aux véhicules principalement diésel et au chauffage.

Pourquoi l’air est-il plus pollués en ce moment ?

En temps normal l’air plus chaud se trouve près du sol et la température diminue au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la terre. En ce moment nous nous trouvons dans une situation que l’on appelle l’inversion thermique. Dans ce cas précis la masse d’air près du sol est plus froide et donc plus lourde. En temps normal l’air chaud étant plus léger remonte et entraine avec lui les particules polluantes. Ce phénomène ne peut pas avoir lieu lors d’une inversion thermique et les particules fines restent bloquées dans les masses d’air basses. Nous polluons donc presque autant que d’habitude (même si en hiver nous avons tendance à polluer plus avec le chauffage la courbe aurait tendance à se stabiliser avec la démocratisation de la climatisation) sauf que tout reste coincé à notre hauteur.

Une étude d’Airparif a tenté de localiser l’origine des particules fines en région parisienne. Comme toute molécule chimique, leurs origines peuvent être retracés grâce à de micro-signature chimique. Ainsi ils ont découvert que près d’un axe routier comme le périphérique 60% de la production est locale tandis que dès que l’on se déplace au coeur de l’agglomération de Paris près de 70% des particules observées proviennent d’import de régions voisines voire européennes.

smoke-stacks-862929

Nos solutions sont-elles vraiment efficaces ?

Quand on sais que près de 70% des particules fines présentent sur Paris ne sont pas produites dans Paris même, je viens à me poser naturellement la question de l’efficacité des mesures prises en cas d’alerte. Entendons nous bien, que l’on motive les gens à faire des efforts pour réduire leur impact écologique, à prendre les transports communs ou encore à baisser légèrement leur chauffage ne me choque pas. MAIS je ne vois pas en la vignette mise en place récemment une solution efficace.

La ville de Grenoble, par exemple, à un système de piste cyclable, de transport en commun et de parking relais, pour beaucoup gratuit, très efficace. Ils sont engagé depuis longtemps dans une démarche d’ouverture vers un mode de fonctionnement plus écologique et dans ce contexte-ci la vignette prend tout sont sens. Dans le cas de la région parisienne, la vignette est une aberration totale. Si le système de transport en commun intra-muros est efficace, il l’est beaucoup moins quand on veut se rendre sur Paris d’une banlieue proche (je ne parle même pas de banlieue à banlieue ils sont inexistant). Il est impossible de se garer au abord de Paris sans dépenser une fortune, le RER sont à des prix effrayants, peu fiable et lent et pour peu que l’on habite loin d’une gare (encore faut-il que la gare soit équipé d’un parking gratuit ou au prix raisonnable) le trajet devient un parcours du combattant. Et dans ce cas précis la vignette devient une mesure discriminante et abusive.

Mais au delà de ça c’est plus l’aspect palliatif et à retardement de la vignette qui me dérange. Nous devons agir au quotidien pour rendre notre air plus propre et cela doit être fait à l’échelle européenne. Tous les pays devraient se fédérer et s’entraider pour optimiser leur transport en commun, permettre au automobiliste de laisser leur voiture à l’entrée des grandes villes sans se ruiner et se déplacer ensuite dans la ville à vélo, à pied ou en transport de façon aisées et accessibles à tous. Des solutions prises sur l’instant comme la circulation alternée ou encore le système de vignettes sont de fausses solutions car les particules fines qui polluent aujourd’hui notre air ont été produites les semaines précédentes.

Paris est un mauvais élève par rapport à des villes comme Bordeaux ou Grenoble et même la France entière a encore des progrès à faire ! Nos solutions sont de fausses solutions, les gens sont mal voir pas informés des solutions possibles pour économiser du chauffage et du carburant et ont ne leur donne pas les moyens de les mettre en oeuvre. Ces vers cela que l’on doit tendre.

Publicités

Une réflexion sur “Les particules fines, pollution et vignettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s